Cliquez sur les images pour acquérir mes livres : frais de port gratuits et envoi rapide.

Pour suivre mon actualité ou me contacter : sur Facebook.

Potentiation

09/11/2014 | Etudes Musculation et Electro-stimulation

 

Post-activation potentiation during voluntary contractions after continued knee extensor task-specific practice

Laurent B. Seitz   Physiologie appliquée, nutrition et métabolisme, 10.1139/apnm-2014-0377

Cette étude avait pour objectifs i) de déterminer les effets de stimulus conditionnant dynamiques possédant différentes vitesses et durées de contraction sur la potentialisation musculaire (PAP), et ii) d’améliorer la compréhension des mécanismes périphériques et centraux sous-jacents à la PAP. Le moment de force maximal volontaire (extensions iso-cinétiques du genou à 180o∙s-1) et involontaire (stimulations électriques supra-maximales) et les activités électromyographiques (EMG) des extenseurs du genou ont été enregistrés avant et 1, 4, 7, 10 et 13 minutes après cinq stimuli conditionnant: 4 répétitions à 60o∙s-1, 4 et 12 répétitions à 180o∙s-1, et 4 et 20 répétitions à 300o∙s-1. Les participants avaient réalisé au préalable un échauffement incluant une pratique spécifique et extensive de la tâche jusqu’à ce que la capacité de contraction musculaire volontaire soit atteinte. Les stimuli conditionnant possédant des temps de contraction plus longs (6 secondes) et produisant 750-900 J au minimum induisent des augmentations significatives du moment de force maximal volontaire (pendant 7 minutes, jusqu’à 5.9%) and twitch et involontaire (pendant 4 minutes, jusqu’à 13.5%). En revanche, la vitesse de contraction n’a aucun effet sur la PAP. Aucun changement de l’EMG:Mmax n’a été observé après chacun des stimuli conditionnant. Un stimulus conditionnant dynamique contribue à la PAP même lorsque la capacité de contraction musculaire volontaire a été précédemment atteinte. Un temps minimum de contraction et d’énergie développée semblent être des facteurs déterminants, alors que l’importance de la vitesse de contractions semble être limitée. Des changements au niveau périphérique semblent contribuer à la PAP alors que l’influence des mécanismes centraux semble être limitée.

Partagez :

Voir aussi :


Commenter

Commenting is not available in this weblog entry.