Cliquez sur les images pour acquérir mes livres : frais de port gratuits et envoi rapide.

Pour suivre mon actualité ou me contacter : sur Facebook.

Whey hydrolysée Vs whey concentrée sur la sécrétion d’adrénaline

10/11/2014 | Etudes Compléments alimentaires et Etudes Perte de poids

 

Comparing serum responses to acute feedings of an extensively hydrolyzed whey protein concentrate versus a native whey protein concentrate in rats: a metabolomics approach
Michael D. Roberts

Dans cette étude, nous comparons l’alimentation par gavage en protéines lactosériques fortement hydrolysées (WPH) à un concentré de protéines lactosériques naturels (« WPC ») pour leurs effets transitoires sur le profil biochimique sérique de rongeurs. On soumet des rats mâles Wistar (250–300 g) à 8 h de jeûne et, par la suite, on leur donne des quantités isoazotées de WPH et de WPC ou aucun apport alimentaire (contrôle). On sacrifie les animaux 15 min, 30 min et 60 min après le gavage, on prélève du sérum afin de déterminer le profilage métabolique global sans objet par chromatographie en phase gazeuse / spectrométrie de masse (« MS ») et par chromatographie en phase liquide / MS / MS. On détecte 333 métabolites sériques dans les deux groupes, expérimental et de contrôle.

Le gavage en WPH et en WPC suscite globalement durant les 60 min une augmentation des acides aminés (1,2–2,8 fois), des acides aminés à chaîne ramifiée (BCAA, 1,2–1,7 fois) et des di- et oligopeptides (1,1–2,7 fois) comparativement à CTL (q < 0,05). Néanmoins, comparativement à WPC, WPH suscite une augmentation de la lysine (taux de fausses découvertes, q < 0,05) et une tendance à l’augmentation de l’isoleucine et de la valine à la 15e minute (q < 0,10) ainsi que l’aspartyl-leucine à la 30e minute suivant le gavage (q < 0,05). Même si les deux sources de protéines engendrent une énorme augmentation des acides gras libres (« FFA ») comparativement aux rats CTL (jusqu’à 6 fois, q < 0,05), WPH suscite une augmentation particulière des FFA à la 30e minute suivant le gavage comparativement à WPC (q < 0,05); cette particularité est probablement due à la forte augmentation postprandiale de l’épinéphrine à la 30e minute dans le groupe WPH. Ces observations procurent une approche unique du décours temporel postprandial des métabolites en circulation causé par l’alimentation en WPH comparativement à WPC; les prochaines études comparant ces deux sources de protéines devraient s’en inspirer.

Partagez :

Voir aussi :


Commenter

Commenting is not available in this weblog entry.