Cliquez sur les images pour acquérir mes livres : frais de port gratuits et envoi rapide.

Pour suivre mon actualité ou me contacter : sur Facebook.

Urolithine B comme un nouveau régulateur de la masse musculaire

19/10/2016 | Etudes Compléments alimentaires et Etudes Perte de poids et Etudes Anti-âge

 

Identification de l’urolithine B comme un nouveau régulateur de la masse musculaire
Nutrition Clinique et Métabolisme Volume 30, Issue 3, September 2016, Pages 252         J. Rodriguez

Introduction et but de l’étude
Le muscle squelettique est le tissu le plus abondant du corps humain. Le contrôle de sa masse est essentiel pour assurer ses fonctions physiologiques comme la locomotion, la respiration ou encore la posture. Il joue également un rôle majeur dans le contrôle du métabolisme. L’atrophie musculaire est associée à une diminution de force, à des désordres métaboliques et à une mauvaise qualité de vie. Par conséquent, les stratégies nutritionnelles visant à atténuer la fonte musculaire liée à des conditions (patho) physiologiques représentent un intérêt thérapeutique majeur. Le but de cette étude est d’évaluer les effets de l’urolitine B, un métabolite des éllagitanins, sur le croissance et la fonte musculaire.

Matériel et méthodes
Des myotubes C2C12 ont été incubés 24 h en présence de 15 μM d’urolithine B. La croissance cellulaire, la synthèse et la dégradation protéiques ont été mesurées et les voies de signalisation associées ont été systématiquement étudiées. Afin d’évaluer in vivo les effets sur l’hypertrophie, des minipompes osmotiques délivrant de manière continue 10 μg d’urolithine B par jour pendant 28 jours ont été implantées à des souris. Les effets sur l’atrophie ont été étudiés après section du nerf sciatique et implantation de minipompes osmotiques (10 μg d’urolithine B, par jour, durant 3 ou 7 jours).

Résultats et analyse statistique
L’urolithine B stimule la croissance des myotubes (+ 40 %, p < 0,001), augmente la synthèse (+ 90 %, p < 0,001) et diminue la dégradation protéique (− 20 %, p < 0,001). L’analyse des voies de signalisation révèle une plus grande activité de la voie de mTORC1 et une inhibition du système ubiquitine–protéasome. Le récepteur aux androgènes semble impliqué puisque son inhibition par un siRNA ou un agent pharmacologique bloque totalement l’hypertrophie induite par l’urolithine B. Cette dernière stimule la croissance musculaire chez la souris en augmentant la synthèse des protéines (activité trois fois supérieure dans le muscle tibialis anterior) et réduit l’atrophie induite par une dénervation.

Conclusion
Nos résultats indiquent que l’urolithine B régule la masse musculaire probablement en agissant via le récepteur aux androgènes. Notre étude met ainsi en évidence l’utilité potentielle de l’urolithine B dans le traitement de l’atrophie musculaire observée dans plusieurs situations patho-physiologiques.

Partagez :

Voir aussi :


Commenter

Commenting is not available in this weblog entry.