Cliquez sur les images pour acquérir mes livres : frais de port gratuits et envoi rapide.

Pour suivre mon actualité ou me contacter : sur Facebook.

Association entre l’allèle D du gène ACE et les performances en force

28/11/2013 | Etudes Musculation

 

Association entre l’allèle D du gène ACE et les performances en force chez des sportifs polonais de haut niveau
Science & Sports Volume 28, Issue 6, December 2013, Pages 325–330   J. Eide

Objectifs

Le gène ACE code l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ACE) ; il se caractérise par la présence (allèle I) ou la délétion (allèle D) d’un fragment de 287 paires de bases. L’allèle I est lié à l’activité enzymatique plus basse de l’enzyme et souvent associé à l’augmentation des performances en endurance. À l’inverse, l’allèle D est lié à une augmentation de l’activité de l’ACE et un niveau plus élevé de l’angiotensine II ; la présence de cet allèle semble favoriser les capacités physiques de type développement de force. L’objectif de cette étude a été de vérifier l’hypothèse selon laquelle la présence de l’allèle D pourrait être un facteur génétique favorisant les performance en force chez des sportifs polonais de haut niveau.

Méthodes

Détermination des génotypes des 100 meilleurs athlètes polonais concourant dans des disciplines de force et chez 354 volontaires sains, non sportifs.

Résultats

La répartition des génotypes dans le groupe des sportifs (13,0 % II, 48,0 % ID, 39,0 % DD) était différente de celle du groupe des sédentaires (20,9 % II, 51,7 % ID, 27,4 % DD ; p = 0,043) ; on a constaté la prédominance de l’allèle D dans le groupe des sportifs de force (63,0 % versus 53,2 %, p = 0,014). La fréquence de l’allèle D est moins élevée dans le groupe dit « élite-B » (53,3 %). Dans les groupes dits « élite-A » et « top-élite » on a constaté une tendance à l’augmentation des fréquences de l’allèle D (respectivement, 68,1 % et 77,8 %), qui diffèrent de la fréquence observée dans le groupe des sédentaires (respectivement, p = 0,016 et p = 0,004). Ces résultats témoignent de l’existence d’une association probable entre la présence de l’allèle D du gène ACE et les performances en force chez des sportifs de haut niveau.

Partagez :

Voir aussi :


Commenter

Commenting is not available in this weblog entry.